Et quand l’amour s’emmêle.

Il y a des fleurs dans ses yeux et du génie dans ses cheveux. J’en perds mes mains et mes idées sont moites. Si vous pensiez comme elle est belle, si vous saviez comme elle parle, si vous regardiez comme elle rit, vous gagneriez six mois de thérapie. Elle est propriétaire de mon cœur et pas question de sous-louer. Je suis un locataire timide et entrepreneur foireux. J’ai le judas facile et j’observe la façon dont elle s’amuse avec le verrou de ma porte. Ses doigts me filent la nausée – jamais elle ne trouve les clés que je lui tends. Elle joue comme elle parle, de l’âne au coq, jeu de dame aux plumes volages. Elle m’échappe et ne s’apprivoise pas. Je lui ouvre la porte et elle passe par la fenêtre. Les débris qu’elle laisse derrière chacun de de ses passages ne se ramassent pas. Ses mosaïques sont affichées aux murs de ma mémoire.

– Mademoiselle Louve (19-04-13)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s