Sans dessus ni dessous.

Se prendre des pelles et rouler du râteau. Tu le hai…mes, un peu et à la folie. Tu te traînes derrière son ombre et il pisse dans les sillons. Ou alors ce sont tes larmes qui cisaillent le paysage, qui fissurent ta peau. Tu te rends plus vraiment conte de la fin de l’histoire des fées de vous. Tu coiffes les nœuds de ce sac de souvenirs. Les Je plein de maux qui débordent, noient et attrapent tous ceux qui s’approche de toi. On s’agrippe à ton cœur, à ton toit pourri de tuiles poisseuses.

Respire asphyxiée. Anorexique desserre les dent pour la faim du repas. Condamnée à mordre dans cette vie qui joue avec tes fils. Tu veux te pendre et te balancer pour mieux t’envoler. Ton chemin te joue des tours et t’as le tournis. Le temps avance et tu cours après. Essouffle toi, et éteins la bougie de ces nuits sans rêves.

Juillet 2013 – Mademoiselle Louve

Publicités

2 commentaires sur “Sans dessus ni dessous.

  1. Continue à courir et t’essoufler; s’essoufler c’est manquer d’air, c’est en avoir besoin : c’est être vivant. Ressens le vent sur ta figure, le soleil dans ton dos. Sens comme tu es vivante, comme ton coeur palpite et entraîne de minuscules soubressauts à la surface de ta peau. Réapprivoise la vie, pas à pas, sois indulgente, c’est normal d’avoir mal, c’est normal que toutes les lumières soient éteintes. On te demande juste de croire que les belles choses existent, de croire encore à cette possibilité.
    Courage Champi, courage, courage, courage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s