Tollé Rance.

19h45. L’heure du supplice va prendre faim et moi je craque. Univers bruyant de mastications sans gêne. Elle ne croque rien d’autre que ma patience et semble prendre plaisir à baver et gloutonner mon seuil tolérance. Ça descend vite et bien dans cet escalier digestif, et en bas des marches je l’attends. Je vais lui faire avaler en une seule et bonne fois son irrespect et ses suçotements qui chuintent dans mes oreilles écœurées. Son double menton que je ne remarque que maintenant me prend à la gorge, elle s’étale de goinfreries et ses pieds me coincent au fauteuil. Je suis impressionnée par ses gestes minutieux, chaque chose à sa place sur cette petite table TGV qu’elle envahit que par son comportement sonore. Ses magazines, son téléphone, le verre d’eau qu’elle sirote du bout des lèvres. Le pain qu’elle mâche et savoure avec une concentration sadique m’exaspère. Comme une chanson apprise par cœur, elle épelle  avec passion, claque la langue, fait crisser sa bave contre ses dents. Elle s’autorise un raclement de gorge si discret que le wagon entier sourit. Et en plus, elle lit Le Figaro.

Elle tricote ses incivilités avec mes nerfs et je prie pour qu’elle s’étouffe avec.

8 juillet 2013 – Mademoiselle Louve

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s