S’amenuiser n’est pas ternir.

Rupture des nerfs. Deux écoles: les larmes ou les rires. L’hystérie éclate. Comme une bulle en milieu gravitationnel. Le calme puis l’explosion. Spontanée, instantanée, immédiate, inattendue. Un éclat de rire, une larme qui chute. L’émotion dans une flaque d’eau, que tu piétines allègrement. J’aimerai me jeter à l’aube de tes bras, ou juste au crépuscule de ta peau. Mais je me cogne au mur de l’absence, au mirage du visage qui peu à peu s’échappe. Plus je m’y raccroche, plus les détails glissent loin de moi. Alors je renonce, je recule légèrement, pour que le flou se fasse net, que le souvenir se ravive de lui-même. Et que je puisse m’endormir d’un sommeil enlacé d’une mémoire moins fatiguée.

4 novembre 2013 – Mademoiselle Louve

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s