Morceau poétique

L’écho du soleil dans mes yeux n’aveugle rien

résistance rétinienne, anarchie du regard,

absence compacte, loi du cœur qui répare.

Choix du régime pour mon estomac de chien ?

Poignets des rois qui ficelés tordent la nuit,

esclave d’amour se laisse pendre : la pluie.

Mademoiselle Louve – « Ecrire au XIXe siècle »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s