Parasitée.

 Les parasites. Qui grouillent. Qui s’immiscent.
On ne peut les éradiquer.
Comme les pensées. Présence absente qui talonne les tempes.
Qui frappe de l’autre côté de la paroi qu’on les laisse sortir.
Ils sont là, insomniaques.
Comme les acariens, collés à nos peaux, dans nos draps.
Les nuisibles.
La nuit invisible qui hante nos sommeils sans rêves.
arcadiaelfe.deviantart.com

Champi-Haine. Janvier 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s