La Fille – Tiroir

Elle s’ouvre, se coince, se ferme. 
À clef. 
Elle est bancale, elle est grinçante. Elle donne des échardes et râpe les bords. Elle s’enlève et se pose. Se remboîte et tombe. Gardienne de secrets, malléable à souhaits. Y a du jeu, y a de l’air.
La fille-tiroir, elle s’ouvre, se coince, se ferme. 
À clef. 
Pas commode. Elle range, elle trie. Elle fait de la place. N’en prends pas assez. On la vide, on la bourre. Poigne usée, poignée lustrée.
Tombe malade, éternue du souvenirs. Quelques coups de chiffons. Elle conserve. Pas de rancune même si on l’oublie et qu’elle prend la poussière.
La fille-tiroir, elle s’ouvre, se coince, ne se ferme plus. 
À clef.

source : http://slobberingdarkness.com/

Mademoiselle Louve – 7 février 2014

En Compèt’ – Si vous aimez, votez 😀

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s