Immeuble et moi et moi…

La Villa des Oiseaux
La Villa des Oiseaux 

T’es pas rouge de colère, t’es rouillée de tes larmes de fer forgée, de ton cœur de brique. T’as les vitres brisées, et les plafonds grelottants. Ça souffle froid et sec dans tes pièces abandonnées.

Je t’observe, et me demande encore quand tu as claquée la porte, quand tu t’es retrouvée ainsi, vide, hantée et désemparée.

*

Mademoiselle Louve. 23 février 2014.

Publicités

Un avis sur “Immeuble et moi et moi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s