Meute incomplète

Les nuits sont froides comme un lit vide.
Les pluies grises comme un corps triste, teintées d’une lumière blanche et fade glacent les humeurs d’angoisse.
L’espérance et l’attente hurlent dans le silence et l’incertitude des heures qui passent. Métronome de torture, incessant. Impatience de toucher terre, d’étreindre le coeur. De respirer à nouveau, sans manque, par cette même pression tendre qu’une main serrant l’autre.

*

Mademoiselle Louve – 28 mars 2014

Publicités

Un avis sur “Meute incomplète

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s