Je suis Philistine et c’est bien. Ou pas.

Schopenhauer théorise la mauvaise foi, l’ennui, le je-ne-comprends-rien, le -je-m’en-fous, le quel-est-l’intérêt…. Il en fait le philistin et la philistine. Selon ses termes, à travers moi, voilà ce que ça donnerait. Une liste de 10 oeuvres dites « majeures » dans leur propre domaine (roman, théâtre, peinture, musique…).

Les propos tenus ne concernent personne d’autre que mon arrogance et ma mauvaise foi, ils ne sont pas soumis à votre bon-vouloir ou approbation. Mais si vous voulez jouer avec l’art… N’hésitez pas à en rajouter!

*

1/ La recherche du temps perdu, Marcel Proust

« Oui, en effet ! »

2/ Les Nymphéas, Claude Monet

« C’est trop flou. »

3/ Phèdre, Racine

« Si au moins il y avait eu du sexe. Je ne supporte pas les frustrées. »

4/ Rome ville ouverte, Rossellini

« J’ai bien ri quand elle a trébuché.»

5/ Roméo et Juliette, Shakespeare

 « S’ils avaient écouté leurs parents aussi, quand on sait pas élever des enfants on s’abstient d’en faire. Et puis je ne crois pas que les jeunes parlent vraiment de cette manière, ça manque de réalisme.»

6/ L’Origine du Monde, Courbet

« Pas besoin d’encadrer ce que je vois tous les jours. À la limite, s’il y avait une épilation un peu plus originale, mais là c’est trop ‘femme libérée’, les poils c’est sale. Le porno fait plus d’effet, au moins ça bouge, et c’est propre. »

7/ Le Lac des Cygnes, Tchaïkovski

« Le suicide des petites hystériques en frou-frous, très peu pour moi, même sur fond musical et les gambettes à l’air. Et ça reste en tête, c’est énervant. »

8/ Lacrymosa, Mozart

« C’est trop plat pour en être réellement triste. Mais bon, c’est vrai que c’est sympa en fin de soirée.»

9/ L’Urinoir, Marcel Duchamp

« Le mien est plus cher, et plus beau. Dommage qu’on ne puisse pas se laver les mains en sortant.»

10/ Inferno, Romeo Castellucci

« À chaque fois je me demande si c’est toujours les mêmes chiens, et s’ils ont droit à leur su-sucre dans les coulisses. En tout cas moi, même une confiserie ne me ferait pas passer l’envie de fuir de la salle. »

*

Mademoiselle Louve – 22 octobre 2014 – Ecrire au XIXe siècle « Et le plaisir au fait ? » Mené par P. Adam.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s