Thanatos fait du tricot.

Le temps file et mes nerfs sont en pelote. Une heure que je tripote les tresses d’une écharpe écarlate.

L’aiguille énorme plantée dans ce cœur fait crisser, à chaque battement qui ralentit, la texture de la chair. Comme une poupée, elle subit le rite vaudou d’une décousue de l’esprit. À l’envers, à l’endroit. L’acte est une serpillière recueillant le sang poisseux, qui se vide, qui se remplit, qui s’étale. Une maille au dedans, au dehors. J’essuie ma sueur au chiffon.

Longtemps j’aimais être une petite marionnette, la sensation lâche de ne plus dépendre de soi, d’être irresponsable et d’être le je d’une autre. La chorégraphie du quotidien est illustrée à travers moi. Je n’en suis pas la compositrice. Plus la peine de réfléchir, pas d’initiative. Simplification des maux de têtes. Pas d’angoisses irrationnelles. Le rationnel ce n’est pas de moi qu’il sortira, je ne suis qu’un instrument qui joue une musique inconnue dont je n’ai que faire. J’obéis et ne réfléchis rien.

Et puis un jour, le mouvement ne se fait plus, la fatigue de la manipulation use et ronge le bois des articulations. Une lutte de la pensée soudain contre le corps soumis. Et plus rien ne bouge, je refuse l’ordre, mon corps refuse l’inexistence. Une conscience de moi naît, je coupe les fils et m’en fait un tricot. Il m’en reste assez pour étrangler la main du dictateur ébahie de mon éveil. J’arrache les liens et les boyaux. L’épiderme pousse l’écorce au dehors. Je reprends la vie qui est la mienne. Et je bâillonne l’autre, je lui bande les yeux. J’entends le souffle qui s’éteint et le mien qui s’accélère. L’existence qui revient en courant, qui s’échappe d’un corps mutilé à présent pour envahir mes organes naissants. Dernier coup de sang, fatal, l’épée à tricoter transperce la poupée de chiffon, inerte et futile.

Je dénoue les nœuds au fond de ma gorge qui laisse enfin entendre ma voix. La haine s’effiloche enfin, je tire dessus pour l’entourer autour du cou de cet ennemi à présent muet. Je la laisse pendre à l’entrée de la porte, comme un avertissement à ceux qui confondraient les torchons et les serviettes.

*

Workshop sur l’autofiction. 8 avril 2015. Sous la direction d’Yves Charnet.

Mademoiselle Louve.

Publicités

2 commentaires sur “Thanatos fait du tricot.

  1. « It’s like a stranger had a key, came inside my mind and moved all my things around
    He didn’t know snake can’t kneel or prey, can try to break my Psyche down. »
    […]
    « Love is evoL,
    Con is confidence,
    Eros is sorE,
    Sin is sincere. »

    (Deep Six, Marilyn Manson)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s