Yeux brouillés. #3

Tu peux pas faire de littérature avec des bonnes intentions. Il faut de mauvaises intentions, mauvaises et aussi égoïstes que la tâche qui t’incombe le coeur. Seule et déterminée a écraser le plus possible autour de toi. Car sans destruction, nulle création.

Il faut se préparer comme un soldat part en guerre, aucune pitié, aucune question. Faire des miettes autour de soi. Car la littérature est solitaire.

L’ambition, c’est bien, l’orgueil c’est mieux.

Trouver vous une bonne tare, la drogue, le sexe, le féminin. Quelque chose qui vous rende vrai et détestable mais humain et qui puisse susciter dans vos moments de faiblesses simulés une compassion et une sympathie. Ecorchez-vous bien en vu et faites en un show.

La littérature n’aide personne, je l’ai appris à mes dépends. La littérature assassine les consciences pour vous kidnapper ailleurs. Elle est un caméléon luisant, qui filtre entre vos doigts.

L’anomalie de départ qui vous avait motivé n’est rien, seuls le relief de cette tendre pensée restera dans les pages que vous avez numérotées, pour que chacun corne à votre image, que chacun pleure à votre tempo.

Vous êtes le chef d’orchestre de vos mots, et personne n’ose vous défier. Le public vous attend, vous applaudit et ne répond que par vous.

Soyez intraitable. Soyez dictature. Et faites votre littérature.

*

Mademoiselle Louve

Publicités

2 commentaires sur “Yeux brouillés. #3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s